Carl GHAZAROSSIAN | Ténor

Biographie

Toi c'est moi Don Basilio (Le Nozze di Figaro) avec Estelle Kaïque Né à Marseille, Carl GHAZAROSSIAN est diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et de la Guildhall School of Music and Drama de Londres. Il remporte en 1998 le Prix du Public et le Prix de la Musique française au Concours Henri Sauguet de Martigues et en 2000, le Premier Prix au Concours de Vivonne et le Prix Francis Poulenc au Concours de Mélodies du Triptyque de Paris. C’est grâce à Jean-Claude Malgoire qu’il fait ses premiers pas dans la musique des XVIIe et XVIIIe siècles, à l’Atelier Lyrique de Tourcoing mais aussi en tournée en France et en Allemagne. Son interprétation d’Idamante dans Idoménée de Campra et Idomeneo de Mozart a été unanimement saluée par la critique, notamment par Michel Parouty, dans la revue Diapason, mai 2004 : « Dans le rôle d’Idamante dans Idoménée de Campra, Carl Ghazarossian domine ses partenaires par sa présence, son assurance, sa musicalité. Dans Idomeneo, on le remarque à nouveau, stylé, convaincant, déployant une voix dont la lumière du timbre n’est pas le moindre attrait ; l’avoir choisi est d’autant plus pertinent que Malgoire a opté pour la version viennoise qui veut un Idamante ténor ». Cet « Idamante charmeur » (Vincent Borel, Opéra International, Mai 2004), séduit Marc Minkowski, qui l’invite à se produire au Grosses Festspielhaus de Salzbourg dans le rôle de Corydon dans Acis and Galatea de Haendel, lors du Festival de Pentecôte.


Répétition d'Idoménée de Campra à l'Abbaye de Royaumont avec Elizabeth Calleo


Mozart devient alors son premier compositeur de prédilection. Le tandem Jean-Claude Malgoire/Pierre Constant lui offre Don Basilio et Don Curzio dans Le nozze di Figaro à l’Atelier lyrique de Tourcoing et à l’Opéra de Rennes, Emmanuelle Haïm l’engage pour Don Curzio à l’Opéra de Lille et au Théâtre des Champs-Elysées (m. s. : Jean-François Sivadier), puis c’est à l’Opéra d’Avignon et à l’Opéra de Massy qu’il reprend ces deux rôles. Toujours avec Malgoire, il est Bastien dans Bastien und Bastienne au Théâtre du Châtelet. Plus récemment, il a débuté à l’Opéra National de Bordeaux dans Lucio Silla (rôle d’Aufidio) et a chanté son premier Don Ottavio dans Don Giovanni au Festival des Nuits d’Eté de Corte.

L'Orfeo (rôle titre) avec Carl Ackerfeldt



Au même moment, il commence à interpréter la musique de Monteverdi, d’abord à la Péniche Opéra, dans Le Fil d’Orphée, spectacle imaginé par Philippe Beaussant et mis en scène par Mireille Larroche. Malgoire l’engage alors pour L’Orfeo (Pastor et Spirito) à Tourcoing et au Théâtre des Champs-Elysées. Puis c’est au Festival d’Aix-en-Provence qu’il reprend ces mêmes rôles dans la célèbre production dirigée par René Jacobs et mise en scène par Trisha Brown.

JPG - 18.5 ko
L’Orfeo
C’est donc tout naturellement qu’il en vient à incarner le rôle-titre de cette œuvre au Kunstfestspiele Herrenhausen de Hanovre avec Olof Boman à la tête du Solistenensemble Kaleidoskop et Alexander Charim à la mise en scène.
JPG - 14.2 ko
L’Orfeo


Il Ritorno d'Ulisse in Patria avec Jean-François Lombard et Virgile Ancely




Parallèlement, il aborde Il ritorno d’Ulisse in patria, d’abord avec des extraits du rôle d’Ulisse à Londres, puis avec Eurimaco, dirigé par Malgoire, enfin avec Eurimaco, Anfinomo et Giove (dir. : Jérôme Corréas et m. s. : Christophe Rauck) en tournée en France (TGP de Saint-Denis, Opéra de Nice, Opéra de Massy, Grand Théâtre de Reims). Il décide alors de créer l’Ensemble CantopiantO, dédié à la musique de ce compositeur, en compagnie de Sébastian Monti (ténor), Romain Falik (théorbe) et Ronald Martin Alonso et Damien Le Cerf (violes).



JPG - 13.3 ko
La Giuditta (rôle d’Oloferne) avec Raphaël Pichon





Parmi les autres rôles abordés dans la musique des XVIIe et XVIIIe siècles, on peut noter dans la partie italienne : Oloferne dans La Giuditta de Scarlatti sous la direction de Gilbert Bezzina à Nice, à l’Abbaye de Lessay, ainsi qu’à la Chaise-Dieu, Filippo dans L’infedeltà delusa de Haydn en Allemagne (dir. : Martin Gester), Lurcanio dans Ariodante de Haendel en tournée en Allemagne, en Suisse et au Luxembourg ou Caio dans Ottone in villa de Vivaldi (dir. : Florence Malgoire) à l’Abbaye de Royaumont. Dans la partie française, il incarne Vulcain dans Psyché de Molière et Lully à l’Opéra de Toulon et à l’Opéra National de Montpellier, Le Président des Femmes vengées de Philidor au Festival Musiques en Vendée (dir. : Hugo Reyne et m. s. : Yves Coudray), Sandomir d’Ernelinde, Princesse de Norvège de Philidor au Festival de Kongsberg (Norvège), Jean dans Jean de Paris de Boieldieu au Théâtre Impérial de Compiègne et plus récemment le rôle titre du Huron de Grétry au Théâtre Adyar à Paris.

JPG - 19.8 ko
Toi c’est moi avec Emmanuelle Goizé

C’est dans l’opérette et l’opéra comique, particulièrement chez Offenbach – avec lequel il a fait ses débuts dans le rôle d’Achille, dans La Belle Hélène mise en scène par Olivier Desbordes – que sont appréciées « ses capacités vocales et scéniques exceptionnelles » (Christiane Itzel dans Opérette n°162, février 2012). Il a ainsi chanté Babylas dans Monsieur Choufleuri restera chez lui au Festival Off and Back de Venelles, Arthur dans Vent du Soir au Festival d’Etretat, Frontignac dans La Créole à Tourcoing et à La Réunion (dir. : Malgoire, m. s. : Christian Schiaretti), puis les quatre Valets des Contes d’Hoffmann (dir. : Marc Soustrot, m. s. : Nicolas Joël) au NYE Opera de Bergen en Norvège et Nathanäel et Spalanzani des Contes d’Hoffmann dans la production de Laurent Pelly à l’Opéra National de Lyon et en tournée au Japon. Plus récemment, il reprend ces mêmes rôles à l’Opéra de Toulon, avant de chanter son premier Gardefeu dans La Vie parisienne à l’Opéra de Metz, dans la production de Jérôme Savary. Avec la Compagnie des Brigands, il a incarné Bob dans Toi c’est moi de Moïse Simons au Théâtre de l’Athénée et en tournée dans toute la France.


Par ailleurs, il explore depuis quelques années l’opéra des XIXe et XXe siècles, italien et français : chez Verdi, Bardolfo dans Falstaff à l’Opéra de Massy, Ruiz dans Il Trovatore, Gastone dans La Traviata et Dottor Cajo dans Falstaff à l’Opéra de Marseille, chez Donizetti, Sir Hervey dans Anna Bolena à l’Opéra de Toulon, chez Bizet, Le Remendado dans Carmen (m. s. : Jean-François Sivadier) au Théâtre de Caen, puis à l’Opéra National de Lyon (m. s. : Olivier Py). Il a récemment participé à une tournée nationale des Caprices de Marianne d’Henry Sauguet (rôle de Tibia) : Opéra de Reims, Opéra de Metz, Opéra de Massy, Opéra de Marseille, Opéra de Rennes, Opéra de Rouen, Capitole de Toulouse, Opéra de Saint-Etienne et Opéra National de Bordeaux.

Carmen (Le Remendado) dans la mise en scène d'Olivier Py
Sa discographie comprend l’Orfeo de Monteverdi en DVD sous la direction de Jean-Claude Malgoire, La Giuditta de Scarlatti avec l’Ensemble baroque de Nice, le Motet pour une longue Offrande sous la direction de William Christie et Toi c’est moi de M. Simons et Le Dernier Jour d’un condamné de David Alagna.
Toi c'est Moi
Sa musicalité et sa diction irréprochable dans de nombreuses langues étrangères en font un interprète de choix dans l’exercice difficile du récital. Accompagné par Emmanuelle Sanglar, Claude Lavoix, Marek Ruszczynski, Nicolai Maslenko ou David Zobel, il se produit au Festival de Saint-Céré, au Festival de la Vézère, au Festival de la Dame des Aulnes et à la Villa Arnaga (Pays basque), à la Maison de Claude Debussy et au Musée Maurice Denis (Saint-Germain-en-Laye), dans le Foyer de l’Opéra de Lille, au Théâtre de Caen, ainsi qu’à la Villa Kérylos (Beaulieu-sur-Mer). A Paris, il a donné des récitals dans les Salons de l’Hôtel de Ville, à l’Hôtel Potocki, à l’Hôtel de Soubise et à la Fondation Bouygues. On a pu l’entendre en duo avec le harpiste Julien Marcou aux Journées de la Harpe en Arles, ainsi qu’au Festival de Gargilesse. Un enregistrement de mélodies sur des poèmes de Paul Verlaine pour le label Hortus, avec la complicité du pianiste David Zobel, vient de paraître. Le programme de cet enregistrement, récemment donné en récital à l’Opéra de Marseille, sera repris à l’Opéra National de Bordeaux.




Parmi ses projets dans les saisons à venir, on peut noter Anna Bolena, La Chauve-souris et Le Dernier Jour d’un condamné à l’Opéra de Marseille, Eugène Onéguine, Adriana Lecouvreur et Les Contes d’Hoffmann à l’Opéra de Saint-Etienne et Lakmé à l’Opéra de Tours. Par ailleurs, en novembre prochain, Carl Ghazarossian chantera le rôle titre de Judas Macchabaeus de Haendel sous la direction de Michel Laplénie au Théâtre du Pin Galant à Mérignac.

Toi c'est moi
 
http://www.carlghazarossian.com